Don d'organes

Pour ou contre le don d'organes? Parlez-en à vos proches

Le 15 mai, le peuple votera sur la révision de la loi sur la transplantation, en particulier sur le don d’organes. A ce jour, des organes, des tissus ou des cellules peuvent être prélevés sur une personne décédée uniquement si elle a consenti avant son décès à un tel prélèvement ou si ses proches y consentent. La révision, quant à elle, prévoit d’introduire le principe du consentement présumé. En d’autres termes, l’on part du principe que la personne est favorable au don d’organes sauf si elle s’y est opposée explicitement de son vivant. Une place est donnée aux proches qui pourront s’opposer au prélèvement s’ils savent que la personne décédée s’y serait opposée. Que vous soyez pour ou contre cette modification, l’important est d’en parler à vos proches afin qu’ils connaissent votre position sur cette question sensible. La loi prévoit la création d’un registre des déclarations relatives au don d’organes.